Afin de vous offrir la meilleure expérience web, nous utilisons des cookies et des technologies de suivi conformément à notre politique de confidentialité.

Plus d'info

La bataille de Morat

Murten Tourismus
Französische Kirchgasse 6
3280 Murten

+41 26 670 51 12

www.regionmurtensee.ch

La bataille de Morat symbolise la Confédération qui sait envahir et qui, encore en adolescence, déploie sa force. Son adversaire, Charles le Téméraire, le dernier duc Valois de Bourgogne, fut également très jeune.

Entre ses 42e et 43e anniversaires (10 novembre 1475 et 1476), il perdait les deux batailles décisives de Grandson et de Morat; il mourut le 5 janvier 1477 lors de la bataille de Nancy et ne vit plus le jour de son 44e anniversaire. Sa dépouille est enterrée dans un tombeau ducal dans l’Eglise Notre-Dame à Bruges.

Charles venait de Lausanne à Morat avec une armée composée d’environ 25’000 hommes. Charles et son armée étaient donc 10 fois plus forts que les assiégés sous la direction d’Adrian von Bubenberg. Il devait pourtant craindre qu’une armée de Confédérés viendrait se battre contre lui et devait espérer pouvoir conquérir Morat avant cela, comme il l’avait fait à Grandson. Afin de protéger son armée contre une attaque des Confédérés, il laissait un garde surveiller le terrain du «Grünhag» (1). Charles, qui avait établi son quartier général sur le «Bois Domingue» (2), pouvait observer le développement du siège et l’arrivée de l’armée des Confédérés.

Le mur d’enceinte, qui avait déjà plus de 200 ans, fut en principe le seul obstacle entre les occupants (armée de Bourgogne) et les occupés (ville de Morat). Conformément à cela, la résistance contre l’attaque de l’ancien maire de la ville, adhérent de Charles et duc de Romont, Jacques de Savoie, le 18 juin 1476 après la préparation de l’artillerie fut dure. Selon les dires de l’envoyé milanais du côté des Bourguignons, plus de 60 hommes trouvaient alors la mort. Par la suite, Charles donnait l’ordre de tirer sur un autre point du mur, mais n’eut pas plus de succès.

La vaillante défense de la ville de Morat sous Adrian von Bubenberg et la victoire de l’armée helvète le 22 juin 1476 établirent la Confédération parmi les forces européennes.

(1) «Grünhag»: palissade; un obstacle équipé d‘artillerie.
(2) Le terme géographique «Bodemünzi» vient de l’expression francoprovençale «bo demindze». En français moderne, le terme s’est développé en «bois domingue», ce qui signifie «forêt seigneuriale». La langue francoprovençale est à la base du français parlé en Suisse romande.

Murten Tourismus
Französische Kirchgasse 6
3280 Murten

+41 26 670 51 12

www.regionmurtensee.ch

Documents à télécharger

Signaler une erreur

Plus d'info

Cela pourrait aussi vous intéresser